Du chaos à l’éclosion : métaphore de la transformation

Qui ne connaît pas la métaphore de la chenille et du papillon ?

Pourtant, on néglige de préciser un point important sur cette métamorphose si parlante.

Dans son cocon, la chenille commence par… se décomposer.

Si vous observiez ce phénomène sans rien connaître du processus, vous prendriez le cocon pour une tombe où une bestiole s’est enfermée pour mourir.

Jamais vous n’imagineriez qu’à partir de cette bouillie de chenille décomposée va se former un être ailé, plus évolué qui, au lieu de dévorer les feuilles des arbres, deviendra un merveilleux pollinisateur.

Les cellules qui déclenchent cette métamorphose s’appellent du joli nom de “cellules imaginales”.

Cet exemple nous enseigne que parfois le changement pour le meilleur passe tout d’abord par une phase de chaos, de destruction, de décomposition.

Le chaos et la destruction, justement, sont omniprésents autour de nous, dans le monde d’aujourd’hui.

L’histoire de la chenille laisse entrevoir l’éventualité que cette décomposition puisse être le prélude douloureux à l’émergence d’une humanité qui déploierait elle aussi ses ailes, symboles de facultés spirituelles.

Et peut-être y a-t-il parmi nous de nombreuses “cellules imaginales”, ces créatifs culturels qui œuvrent à notre métamorphose collective…

Nous portons tous ces  “cellules imaginales” en puissance… il est de notre responsabilité de les déployer pour ré enchanter nos vies et notre monde.

Extrait du livre  “Graines de Sens” d’Olivier Clerc

Ajouter un commentaire